Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2010 3 03 /11 /novembre /2010 23:44

Tel serait selon le dernier article du Marin (dossier spécial Le Havre en milieu de journal) l'adjectif de choix pour qualifier la concurrence dans le remorquage portuaire au Havre.

Le terme de suicidaire est d'autant plus caustique que les 2 sociétés font justement tout pour essayer de survivre à un cadre règlementaire délirant, qui lui aura tout fait par contre pour les "suicider".

Je ne vois pas trop là dedans où est la victoire des syndicats. Avoir délibérement oublié d' inviter à leur table un nouvel entrant sur le secteur avant de faire étendre leur accord APERMA, voila qui était une drôle de façon de procéder.

Mais ils en payent finalement eux aussi à leur façon le prix puisqu'ils se retrouvent avec 2 sociétés dans le rouge, des emplois menacés, des sociétés non rentables et une organisation du travail figée qui fait dangeureusement perdre ce qu'il reste de  "marin" dans la profession.

Enfin, s'ils sont contents du résultat, soit.

Dans ce contexte, la concurrence est évidement difficile à mettre en place, l'absence de trafic n'arrangeant pas les choses. L'état va devoir réagir ou alors il risque de se réveiller rapidement avec une terrible gueule de bois et un service de remorquage au Havre ...sérieusement en berne.

 

L'article nous en apprend en outre une bien bonne : notre délégué CFDT ne souhaiterait plus occuper le devant de la scène. Tiens ?? C'est vrai que sa position entre BOluda et SNRH doit commencer à devenir very tricky. Et puis si la SNRH se casse, il va quand meme falloir qu'il s'explique devant pas mal de monde. Ah oui c'est vrai j'oubliais : ils ne partiront jamais !

Partager cet article

Repost 0
Published by Lorelei - dans Autopsie
commenter cet article

commentaires

Alain Bourgeois 12/11/2010 14:34



Et pourquoi n'auriez vous pas de leçons à recevoir de moi ?



jean transeine 12/11/2010 12:55



Ce n'est pas la boîte de jean transcène ni la mienne et pour ma part, je n'ai pas de leçon à recevoir de vous.



Alain Bourgeois 11/11/2010 17:02



Merci pour cette info.


Quand vous en avez encore une dans ce style,merci de ma la transmettre.Mais autant je fais actuellement un recours contre le préfetsur le fait qua les décisions d'effectif ont été rendues sans
tenir compte de la veille permanente , autant vous pouvez en faire de même sur cet événement si il se répéte.


Vous avez de trés bons avocats pour celà.


Qu'attendez vous pour sauver votre boîte!!!!! Que je vous fasse une formation sur les textes !!!



jean trenscène 11/11/2010 12:39



aujourd'hui jour de vent fort qu'apprend on d'un client (usager) qu'un navire entrant ne pouvant pas disposer de son second remorqueur BOLUDA sous 1 heure se voit obligé par la vigie de faire des
ronds dans l'eau alors que SNRH peut lui fournir cette seconde unité (dixit le client !)


L'article 6 de l'arrêté prefectoral,  Bourgeois le comprend que dans un sens, car dans ce cas ce client est victime de la part du port d'une discrimination au profit de BOLUDA, ce qui est
interdit par le préfet.


Allez Bourgeois foutez le bordel sur cette affaire pour démontrer votre loyauté vis à vis de vos colègues salariés de SNRH, à défaut pour un peu de cohérence entre vos actes et vos paroles.
Mais pour moi, sur ce fait, vous resterez bien tranquile, il ne faut pas risquer de foutre en l'air une stratégie qui est sur le point d'aboutir.


au fait vous touchez combien pour couler votre boîte?



Bourgeois 10/11/2010 23:14



Mais vous nous apporter aussi un scoop.


La SNRH aurait elle conctacté le port pour réviser le dispositif de sécurité.


Pouvez vous nous en dire plus ?



Bourgeois 10/11/2010 23:04



Les entreprises sont tenus de satisfaire toute demande de remorquage portuaire dans la mesure ou le matétiel demandé est disponible et l'opération techniquement possible.Etcc..... Aucune
discrimination ne peut être opéré par les entreprises entre les usagers.(Article 6 de l'arrêté préfectoral)


Etes vous éclairée maintenant ???


Si la "rumeur" date d'avant la réforme...elle est infondée. Si elle date d'aprés la réforme elle peut être fondée. Soyez précise dans vos dates. Mais je vois mal le Port investir dans une société
de remorquage et pas dans une autre. Ce dossier nous en aura fait tellement voir que nous ne sommes plus à cela prés.!!!! Et tant mieux pour l'éventuel bénéficiaire.!!!


 



Lorelei 15/11/2010 23:38



Non je ne suis pas vraiment éclairée. Vous ne dites toujours pas concretement quel client/navire Boluda a été envoyé sur décision du port à la SNRH. Un nom pourtant ce n'est pas difficile
logiquement à sortir pour venir éclairer vos affirmations. et ce n'est pas cité un article de l'arrêté préfectoral qui va changer la donne.



Alain Bourgeois 10/11/2010 18:09



Vous êtes tellement aveuglée que vous dites tout et son contraire.


Oui et je l'affirme le port envoie des clients BOLUDA à la SNRH, et même qu'il peut aussi faire le contraire. Comme vous le dites c'est son boulot et l'arrêté préfectoral l'y autorise. D'ailleurs
l'arrêté préfectoral pour être plus précis l'y oblige.


Compliqué n'est ce pas ? J'achète une Renault, mais l'Etat m'oblige à la faire réparer par Peugeot car Renault est surbooké et que je dois me rendre à mon boulot dans l'intérêt général de
l'économie nationale.


Pour ce qui des rumeurs de quai , je vous laisse à vos délires.


Pour ce qui est de la possibilité laissée au  Port d'investir dans la SNRH ou dans BOLUDA ; depuis la réforme portuaire il le peut. Voilà une piste à exploiter. Si le Port veut vraiment la
concurrence qu'il y montre un peu d'intérêt et qu'il agisse !!!



Lorelei 10/11/2010 18:50



Non, je ne vois pas en quoi je dis tout et son contraire. Ca fait presque 4 ans que vous n'avez pas l'air de vouloir comprendre ce que je dis, donc je ne vais pas feindre la surprise.


Puisque je suis aveuglée, éclairez moi. Puisque vous affirmez, et bien prouvez maintenant : quels clients Boluda ont été envoyés par le port à la SNRH ?? Je suis en charge de la
facturation clients alors cela m'intéresse...A part l'erreur récente commise par un agent sur un tanker, je ne vois pas quels navires nous avons servi, qui plus est sur injonction du port. Certes
le port a comme obligation d'organiser au mieux les opérations et pour des raisons de sécurité peut en effet mobiliser le ou les remorqueurs qu'il souhaite s'il le juge utile. Cela répond à des
cas bien particuliers et justifiés/justifiables. C'est marginal et pas très compliqué, non.


Par contre votre commentaire sous entendait que le port pouvait, comme ça, sans raison, sauf à vouloir aider la SNRH, confier des navires sous contrat Boluda à son concurrent. C'était cela
que je contestais.


La rumeur de quai n'était donc pas si délirante et infondée puisque vous en expliquer de vous même le contenu !! Pour l'instant le port a déjà une réponse à apporter sur la révision
du dispostif sécurité. Il a l'air d'y montrer un peu d'intérêt, attendons qu'il agisse...



jean-françois de nantes 10/11/2010 11:46



Lorelei,


Vous déplorez une absence de réglementation unique en Europe: c'est vrai. Vous souhaiteriez que la culture néerlandaise s'impose au Havre: nous sommes des latins! Le seul peuple a avoir essayé de
marier l'huile et le vinaigre, c'est le peuple belge, avec le succès que l'on connait tous...


Pourquoi toujours chercher au nord alors que d'autre pays ont expérimenté des solutions qui leur conviennent? Vous mélangez des problèmes de gouvernance au GPMH, soulignés par un rapport de la
cour des comptes pour expliquer le déficit de compétitivité, et une gestion nautique des accès (pilotage, lamanage, remorquage) qui tient la route depuis quelques décennies: tous ces personnels
sont salariés ou patrons dans le privé sous contrat avec l'autorité portuaire, comme KOTUG!


Je dirai que le seul point commun aujourd'hui entre les peuples français et hollandais, c'est qu'ils ont massivement rejeté l'europe qu'on leur propose!


Quand on voit le RT ANTONIE travailler à Rotterdam avec son joli pavillon maltais, je commence à comprendre pourquoi une majorité du peuple hollandais ne partage pas votre vision rose du pays du
gouda...


 



Lorelei 10/11/2010 13:48



Bonjour Jean-François,


Je n'ai jamais souhaité que la culture néerlandaise s'impose au Havre. Je les trouve juste beaucoup plus pragmatiques que nous et je ne fais que constater leurs succès et m'énerve de notre
"médiocrité". Pour avoir vécu 3 ans aux Pays Bas, je sais que tout n'y est pas rose, de la nourriture à la sécurité sociale. Pour le reste, je ne pense pas qu'ils aient dit non à
l'Europe parcequ'un bateau avec un pavillon maltais travaille dans leur port. S'ils disent non à l'Europe c'est par repli "protectionniste", peur de l'immigration et des problèmes que pose
l'intégration, peur que leur économie fleurissante soit là pour financer celles des autres, marre de la lenteur de Bruxelles et des freins que l'Europe met à leur propre developpement. Bref
plus ou moins les memes raisons qui font que les flamands en ont marre de se "trainer" les wallons. La majorité du peuple néerlandais a une vision plutôt rose de son pays et
est plutôt "nationaliste" au sens "fierté patriotique" du terme.


Ils trouvent par contre les français ridicules, voir énervants sur de nombreux sujets. Ils s'en tiennent en général à nous reconnaitre un art de vivre, une vaste culture, et de
biens beaux paysages. Bref leur lieu de vacances ou de retraite idéal. Mais je n'ai rencontré aucun néerlandais motivé à venir travailler en France...



Bourgeois 10/11/2010 10:26



Oui mais si c'est leur choix ?


Mais à mon avis ce n'est pas ce qui va se passer, le port va envoyer les clients BOLUDA vers la SNRH, ce qui serait logique dans le cadre de l'Intérêt général du Port et c'est déjà ce qui se
passe.


Pas simple tout celà n'est ce pas ???


 


 



Lorelei 10/11/2010 10:43



Comment osez vous dire une chose pareille : comme si le port se mêlait de ça !. Bientot à vous lire c'est lui qui va décider qui travaille avec qui ?? Les armateurs signent des contrats,
pour plusieurs années en général, avec le prestataire de leur choix, à des tarifs négociés. Vous croyez que le GPMH va au Japon chez NYK leur dire : "Bon maintenant vous c'est SNRH qui vous
servira au Havre". D'ailleurs je ne crois pas que Boluda ait lui même trop de clients ! Si on est certes dans une mauvaise passe, ils ne doivent pas être bien frais non plus.


La seule chose que le port fait c'est d'optimiser le trafic en fonction des remorqueurs disponibles chez l'un ou chez l'autre. Quelque part c'est leur boulot.


Votre imagination est toujours sans limite M. Bourgeois quand il s'agit d'élaborer des théories délirantes. Je ne peux pas croire que vous y adhériez vous même ou alors c'est encore plus grave
que je ne le pensais. Il est vrai que j'avais entendu dire il y a quelques années maintenant que vous souteniez que le port du Havre finançait la SNRH. Vous n'avez vraiment peur de rien !


 



moi 10/11/2010 10:11



et avant l arrivee de la snrh combien de jours de greves en 1400 jours chez boluda



Bourgeois 09/11/2010 23:05



Finalement avec vous on tombe toujours d'accord.


Pour information: depuis l'arrivée de la SNRH, BOLUDA compte 2 jours de grève et SNRH 2 jours soit 4 jours pour 1 400 jours.


 



Lorelei 10/11/2010 09:56



Ce qui prouve l'impact positif de la concurrence dans les services portuaires : elle permet de limiter les grèves et donc de garantir en tout état de cause une continuité de service sauf à ce que
les concurrents se décident à faire grève tous les 2 en même temps.



Jean-Baptiste 09/11/2010 19:52



Il me semble que si Boluda raffle lesdits clients à la loyale, et que la SNRH est coulée, KOTUG retirera ses billes et voilà, fin de l'histoire. Je ne vois pas pourquoi l'Etat ou toute autre
autorité devrait intervenir.


Pour ce qui est de la gouvernance, elle est en France généralement catastrophique. Mais le problème des compagnies maritimes comme des agences de fret c'est qu'elles ne peuvent pas obtenir un
service convenable dans la plupart des ports français et en tout cas pas de façon régulière (globalement). Le résultat est donc qu'elles les évitent si elles le peuvent.



Lorelei 10/11/2010 09:59



Sauf que si Boluda raffle tous les clients, ils se retrouvent à devoir servir tous les navires du port. Ils s'auront pas assez de coques et feront attendre les armateurs, ce qui va
déplaire. Les armateurs iront se plaindre au port du service monopolistique sans souplesse. En cas de grève, le remorquage bloquera toute l'activité et les armateurs exigeront une concurrence
dans les services portuaires ! et la boucle sera bouclée.



Bourgeois 09/11/2010 18:30



D'aprés le rapport BLUM que vous pouvez trouver sur Internet, c'est apparemment essentiellment çà le handicap du Havre. Cà est la gouvernance (qui a d'ailleurs donné lieu à un super rapport de la
cour des comptes), remise d'ailleurs à plat dans le cadre de la réforme portuaire.


Une question vous qui savez tout. Comment va faire la SNRH si le jeu de la concurrence fonctionne correctement. Ce n'est un secret pour personne, BOLUDA veut la peau de la SNRH. Imaginons que
BOLUDA rafle tous les clients de la SNRH, que fait la SNRH ??? que fait l'Etat ? Il intervient pour envoyer quelques "usagers" du Port à la SNRH. Mais dites moi , ce n'est plus de la concurrence
!!!


 



Lorelei 10/11/2010 10:02



"Ce n'est un secret pour personne, BOLUDA veut la peau de la SNRH"


Oh ?? quel scoop ! Adieu alors le beau discours : "on ne veut pas leur départ, on ne veut qu'une concurrence loyale entre opérateurs. Il faut que la SNRH se mette dans les clous et nous les
accepterons".


Faut dire, ils étaient tellement peu crédibles...



Jean-Baptiste 09/11/2010 18:19



Essentiellement du fait que les uns ou les autres sont en grève tout le temps. Quand ce ne sont pas les grutiers, ce sont les dockers, quand ce ne sont pas les dockers, ce sont les remorqueurs,
etc. Et effectivement, l'acheminement des marchandises peut aussi être un problème...



Bourgeois 09/11/2010 18:07



Ils se plaignent de quoi exactement ? Du service du remorquage ou du pré et post acheminement des marchandises ?????



Jean-Baptiste 09/11/2010 14:57



Je compare ces ports parce que c'est pertinent. Mais on peut aussi comparer Barcelone, Valence et Marseille si vous le préférez. Ce sont des ports pratiquement identiques d'un point de vue
structurel. Pourtant Marseille est toujours évité, quand c'est possible.


Pour ce qui est de Kotug, je ne connais pas leur fonctionnement interne au Havre. Mais j'ai du mal à croire qu'ils auraient rompu unilatéralement des engagements pris, sans qu'il y aie eu aucun
changement des données de départ. Cela irait contre toute l'expérience que j'ai du fonctionnement des entreprises néerlandaises. J'ai encore plus de mal à croire qu'ils auraient fait des
propositions inacceptables ou non négotiables. Maintenant, j'admets volontiers que, ne travaillant ni pour Kotug ni pour la SNRH, je manque de la connaissance de terrain nécessaire. Peut-être me
trompé-je donc lourdement.


Là ou je suis en revanche sur de ne pas me tromper, vu que c'est mon métier, c'est dans la comparaison du Havre et de Rotterdam. Les éventuelles disparités d'ordre physique n'expliquent en rien
les différences de résultats. Les différences en terme de culture, de fonctionnement et de bonne volonté sont en revanche éclatantes. Rotterdam, comme Le Havre, a des terminaux extérieurs
(Maasvlakte) et des terminaux intérieurs (Delta, RST). Si les opérateurs y coopèrent malgré la concurrence, c'est qu'ils ont compris que le service du client était plus profitable que les
guéguerres débiles. Curieusement, leurs tarifs ne sont pourtant pas exorbitants. Il semble donc qu'une concurrence, même atténuée, est préférable au monopole. Je n'ai jamais entendu un armateur
se plaindre du manque de fiabilité du port de Rotterdam (ou de Dunkerque). Je l'entends toutes les semaines à propos du Havre. J'en tire mes conclusions...



jean-françois de nantes 09/11/2010 14:28



Pour maitriser un sujet, il faut l'appréhender dans sa globalité.


  - vous comparez toujours Le Havre, Rotterdam et Anvers, soient un port de pleine mer, un de bassin et un de rivière alors que cela n'a aucune comparaison possible d'un point de vue
nautique, mais également réglementaire ou admninistratif (pour ce qui est du remorquage)


  - vous parlez de concurence dans des ports ou le marché est partagé: meme si il y a 4 compagnies à Rotterdam, un armateur voulant y escaler utilisera les services de 2 ou 3 compagnies
successivement, mais sans avoir le CHOIX d'en prendre une plutôt qu'une autre ou de pouvoir négocier les prix, fixés par les "concurents". J'appellerai plutôt cela une succession de monopoles de
fait...


  - vous citez souvent LE port du Havre, sans préciser qu'il y 4 ports distincts: Avant port, Arrière port et vieux bassins, Port 2000 et Antifer (et forts différents d'un point de vue
nautique, comme concernant les traffics)  


  - vous vantez la médiation de rigueur dans les pays du nord, alors que les salariés Kotug doivent se mettre en grève pour faire respecter les engagements pris...


Je pense que, comme votre direction ou vos conseils juridiques, vous savez piocher des détails ou des vérités où ça vous arrange en oubliant de remettre en perspective. A force, ça
agace.


 



Lorelei 10/11/2010 10:19



Parceque vous pensez que Le Havre ne se compare pas à Anvers ni Anvers à Rotterdam sous pretexte qu'ils ne sont pas tous géographiquement identiques ?? Cet argument ne tient pas : aucun port
n'est géographiquement identique. Ils jouent tous de leurs atouts et essayent de gommer leurs faiblesses.


Vous qui chérissez l'aspect nautique, Anvers et ses bassins ou Rotterdam et sa rivière ont justement un handicap d'accès par rapport au Havre qui lui a la position géographique optimale
avec un accès depuis le large très court !! Et pourtant ... Meme bermerhaven et son handicapante incontournable écluse tire son épingle du jeu.


La règlementation n'est certes -et hélas- pas la meme entre les pays bien que nous soyons tous en Europe et proches les uns des autres mais les services restent les memes dans tous les ports.
On a le droit de se demander pourquoi le port de Rotterdam gère lui meme sa sécuité alors qu'en France le port garde son droit régalien mais ce sont les entreprises privées qui doivent
assurer la sécurité (avec un dispositif sans rapport avec les besoins réels, "stats" à l'appui).


Vous aussi savez piocher des détails ou des pseudos vérités sans les mettre en perspective car pour ce qui est de la grève à la SNRH, il ne sagissait nullement de faire respecter les engagements
pris. Plusieurs personnes ne respectent pas leur contrat de travail et s'inventent des acquis nullement contractuels. S'ils ont cru bon de faire grève au risque de saboter encore plus la société,
il en va de leur responsabilité. Le probleme de la direction néerlandaise en France est qu'elle doit gérer une société de droit français dans un pays ou la règlementation est aussi confuse
qu'inaboutie. Au pays bas, en droit maritime, on a commencé par définir ce qu'était le le travail et tout ce qui n'est pas travail est repos. En France on a choisi de définir ce qu'était le repos
mais tout le reste ne doit pas pour autant être du travail. On aime bien se compliquer les choses. A force ça agace.



Jean-Baptiste 09/11/2010 12:12



Pour conclure, il est plus simple de constater les résultats. Anvers et Rotterdam sont des ports qui fonctionnent bien, ou les salariés ne sont pas malheureux, ou les entreprises font de bonnes
affaires, et ou le traffic augmente (y compris le traffic pour la France). Petite question pour les détracteurs de Lorelei: comment expliquez-vous que les ports français soient aussi mauvais, si
le système que vous défendez avec vos grèves constantes est aussi bénéfique que vous le dites.



jean trangare 09/11/2010 11:03



Marin délocalisé !!!!


Je ne l'avais encore jamais entendu celle là !


Il faut être du cru et n'avoir jamais navigué pour proférer de telles idioties !


A part critiquer ceux et celles qui ne pensent pas comme eux, mentir aux décideurs sur leur supposée pénibilité, instrumentaliser les adhérents et/ou adhérents potentiels pour donner corps à leur
soi disante représentativité, il fallait qu'ils aillent encore plus bas en évoquant ce concept de marin délocalisé.


Je suis marin et fier de l'être et aucun patron ne me fera vivre ailleurs que là ou j'ai choisi de vivre. C'est un luxe de nos jours et cet ultime privilège, c'est cette profession qui me
l'offre.


Alors si quelques marins d'eau douce jouissent de vivre au cul de leur "canote" en ayant l'impression d'avoir inventé le progrès social,  libre à eux, mais ne m'empêchez pas de vivre à bord
pendant mon embarquement, pendant ma mission et chez moi pendant mes congés.



jean zibar 07/11/2010 19:05



L'ENIM peut il nous fournir les statistiques sur les flux migratoires entre le large et le portuaire ?


Comme il faut montrer patte blanche pour avoir le droit de parler de marine sur ce blog, je revendique un fascicule et des annuités, mais pas 37,5, pas encore.


Du haut de mes annuités, je peux témoigner que le flux migratoire des marins du large vers le portuaire est tel qu'il est saturé, l'inverse n'est pas vrai ou prouvez le.


On reparle de la pénébilité du portuaire ?


Loreleï n'a peut être pas navigué, mais elle semble en connaître un rayon.


Roger VERCEL a écrit des romans maritimes merveilleux et très documenté dont le fameux "remorque" dont un film avec GABIN a été tiré.


Il décrit par exemple les bancs de Terre Neuve comme si il y avait trimé lui aussi, c'est criant de vérité et pourtant il n'a jamais navigué...


Vos détracteurs ma chère Loreleï ne vous ont pas encore prononcé la question fatidique: T'a ta carte ? non ! alors ferme ta gueule!!!


C'est beau la démocratie n'est ce pas ?


Pourt


 



Lorelei 07/11/2010 23:48



Laissez les dires. Tous 'vrais marins' qu'ils sont sensés être à part dire que j'ai tort et que je ne sais pas de quoi je parle, jusqu'à présent aucun n'a rétabli la soit disante
vérité, ni avancé un quelconque argument pertinent. Je suis donc loin de me sentir ébranler dans mes convictions :il en faudrait un peu plus que juste me traiter de blablateuse à béniouiouis.