Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 septembre 2009 5 11 /09 /septembre /2009 20:00

Compote, Yaourt.
Par cette prose pleine de saveur, la presse havraise a annoncé jeudi dernier que M. X mettait fin à sa grève de la faim. Il faut dire qu'après 4 semaines, ça commençait à ne pas être top pour la santé...
Et puis comme ça n'avait pas vraiment l'effet escompté sur les hautes sphères (le but final de la grève n'étant pas de poser en photo pour la gloire auprès de badauds venus voir Quai Joannès Couvert l'installation du gréviste médiatique), mieux valait s'arrêter et ranger slogans et drapeaux.

Il y avait pourtant du lourd dans les slogans affichés par M. X avec entre autres un monument à la mémoire des "héros" tombés sous le joug du bagne, à savoir une liste d'ex marins SNRH considérés par M. X comme des victimes, se gardant bien de taire leurs conditions de départ.

Pourtant le sujet mérite qu'on s'y attarde car certains de ces départs ont été sinon grotesques, pour le moins vaudevillesques. 

Number 1 : P.L., délégué syndical CGT (on en avait déjà 1 mais selon la devise "trop fort n'a jamais manqué" pourquoi pas 2, même si les conditions n'étaient pas règlementairement remplies pour légalement justifier ce 2d délégué), chef mécanicien, qui lui a cru bon d'arriver ivre à une relève d'équipage et d'aller afficher son ivresse en apostrophant le directeur d'exploitation -qui quittait le bureau au volant de sa voiture- en lui soufflant dans le nez des propos revendicatifs, l'haleine pour le moins révélatrice. Devant le refus du capitaine d'embarquer un chef visiblement ivre, en présence d'autres marins témoins de la scène, P.L. a dans un premier temps préférer signer une lettre de démission plutôt que souffler dans l'alcotest avant, le lendemain matin, dégrisé, de souhaiter revoir les choses. C'était un peu tard, les charges étaient accablantes, PL était à court d'argument, son syndicat CGT itou. Au revoir M. PL.  
greve-de-la-faim-slogan-Alain.JPG
Number 2  : M. L'H., délégué du personnel Officiers CDFT, capitaine du SD Loire, est tombé 'glorieusement ' après avoir été pris entre chien et loup par la Gendarmerie Maritime du Havre en train de siphonner du gasoil des soutes d'un remorqueur à des fins personnelles, le tout un brin éméché. On ne peut retenir à la gloire de l'intéressé qu'un départ  via une discrète démission, sans chercher à jouer de son statut de personnel protégé. Le retour tardif à la raison ?
Ainsi, selon M. X.  la SNRH a sans doute eu tord de laisser partir ce valeureux marin, qui ne faisait rien d'autre qu'être saoul à son poste de capitaine et juste pris en flagrant délit de détournement de biens de l'entreprise.

Number 3 : P.C. Personne en contrat temporaire du fait d'un recrutement soumis à dérogation par les Affaires Maritimes. A la fin de la période dérogatoire, ce chef n'a pas été repris dans les effectifs. Cela ne lui a pas plus. J'ai été témoin des menaces inquiétantes qu'il a adressé par téléphone au directeur d'exploitation de la SNRH suite à la non reconduction de son contrat. A l'écoute de la violence verbale de cette personne, il était clair que son départ était une bonne chose pour la sécurité de tous.

Number 4 : C.R. un marin qui avait la chance avec un diplome 500 UMS de trouver à la SNRH un poste de capitaine en 15ème catégorie, régime ENIM, à 49 K€ l'année pour 6 mois embarqués et 6 mois à la maison mais qui a préféré cracher dans la soupe pour finir d'arrêt maladie en arrêt maladie à quitter le navire.
J'aimerai connaitre la position qu'il occupe aujourd'hui et les conditions dans lesquelles il exerce. Si quelqu'un a des infos...J'en conclue que cet homme ne travaille pas pour l'argent, ni pour un poste confortable. Il a donc eu raison de quitter la SNRH.

La liste ne s'arrête pas là mais les autres départs sont quand même plus soft. Je ne vois pas pourquoi y figure le matelot J. C. qui, las des difficultés de la société et des combats syndicaux, a préféré via un congé sabbatique prendre le temps de se trouver un embarquement ailleurs. Ce qu'il a réussi.
Il y a aussi dans la liste un autre matelot, qui, ne donnant pas satisfaction à bord aux capitaines a été mis un temps de coté dans les équipes de réserve avant d'être remercié à la fin d'un CDD.

Finalement puisque travailler à la SNRH selon M. X s'est être à la merci d'un patron voyou, M. X devrait se féliciter du départ des ses amis marins qui eux ont enfin repris leur liberté et eu la chance de perdre un emploi détestable.

J'avais décidé de taire sur ce blog les départs peu glorieux de ces personnes, en particulier pour le cas de M.L'H qui restait un collègue sympathique et qui avait aussi des qualités comme capitaine. Il a su également être digne et s'est excusé pour son comportement. Cela semblait sincère.
Mais l'utilisation par M.X. de ces départs qu'il vaudrait mieux oublier, en victimisant ses personnes, me semble suffisamment honteuse pour corriger le tir et rétablir certaines vérités. 
Les intéressés ont-il seulement donné leur accord pour avoir leur nom ainsi utilisé ?
  
Cet encart achevé, revenons à l'actualité du jour.
Car oui, fin de la grève de la faim certes mais en conséquence directe, début de la grève au remorquage pour les Abeilles/ Boluda. Au Havre, so far, mais avec l'espoir sans doute de 'foutre le bordel' un peu partout au national. Nouveau mouvement à suivre.
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Lorelei - dans Events !
commenter cet article

commentaires

christian 13/09/2009 18:53

(ancien capitaine) en retraite aujourdhui,bravo de signalé toute cette face caché,que j'aimoi même toujours essayé de combattre, pendant mon activité .                                            bon courage, et bon vent.